La lecture et moi, une histoire d’amour sur le tard

Je ne suis pas ce qu’on pourrait appeler une grande lectrice, mais j’essaie de me rattraper…

coffee-2390136_1280

J’aime lire, j’adore ça, mais ça ne fait pas partie de ma culture. Mes parents ne m’ont jamais inculqué l’amour de la lecture tout simplement car ils n’ont pas l’habitude de le faire. Ils étaient comme impressionnés quand ils me voyaient, à l’occasion, plongée dans un pavé (car oui, quitte à me lancer dans une lecture, j’ai, encore aujourd’hui, une préférence pour les livres bien épais, comme un défi que je me lance à moi même au risque de me décourager). Je suis aussi la plus grande de la fratrie, donc pas de livres à récupérer d’un grand frère ou d’une grande sœur.

Pendant mes vacances d’été dans mon pays d’origine, ma famille me prenait pour un extraterrestre à sortir mon bouquin au bord de la piscine/mer et vouloir me mettre à l’ombre pour lire tranquillement au lieu de faire la crêpe au soleil de la Nivea sur le corps (ça fait brunir mais ayant depuis appris l’existence du capital soleil, je le déconseille fortement). On me demandait souvent pourquoi je lisais et si c’est l’école qui m’obligeait à lire comme ça.

De plus, je trouve que la manière dont la lecture nous est inculquée à l’école a de quoi dégoûter des jeunes pas forcément enclin à se poser des heures durant devant les descriptions sans fin de Zola (on sent le vécu là ? c’est bon ?). Et puis, même si j’ai appris à aimer la lecture, je trouvais toutes ces analyses de textes de la part des professeurs de français assez pompeuses. Je me disais très souvent « ouai enfin l’auteur s’est sûrement pas autant creusé la tête que ça… »
Je pense cependant qu’il est bon de lire quelques classiques, de découvrir plusieurs genre de lectures qu’on aurait jamais pensé exploré seul mais les méthodes d’apprentissages à l’école ne sont pas des plus motivantes (il y en aurait des choses à changer de ce côte !)

J’étais en 6ème quand j’ai réellement commencé à lire et à aimer ça pour de vrai ! Il y avais un club de lecture auquel j’avais décidé de m’inscrire (pourquoi ? je ne sais pas) et cette année là, ils avaient décidé de participer à un vote national (tu peux aller voir le site des incorruptibles et chopper des idées de lectures pourquoi pas). Il y avait une sélection de 5/6 livres qu’on on devait lire et ensuite voter pour son préféré.
J’ai vraiment pris ça comme une chance ! une superbe occasion de lire des nouveaux livres qui venaient de sortir avec des styles très différent. Et non seulement j’ai lu toute la sélection (et mon vote s’est porté sur un roman historique sur fond d’enquête mystérieuse L’espionne du Roi Soleil de Annie Pietri) mais en plus, j’ai ensuite investi une bonne partie de mes heures creuses dans le CDI du collège à la recherche de nouvelles lectures.

take-532097_1280

Je ne dirais pas que j’ai tout aimé, je te dirais même que j’ai regretté avoir perdu mon temps sur certains livres. Mais je restais étonnée de toutes les émotions que je pouvais ressentir rien qu’en lisant des mots, des tournures de phrases, des habitudes narratives mises en places. J’étais fascinée et presque étourdie qu’une telle quantité de récits soit là à ma portée et que je n’en avais jamais profité.

Mais j’avais du coup l’impression de ne pas suivre. Mes amies étaient de fervantes lectrices depuis toute petites, c’était l’époque des Harry Potter et j’ai raté le coche. Encore aujourd’hui,j’ai du mal à me lancer dans des sagas par ce que ça va me prendre trop de temps et d’énergie alors que tant de livres méritent d’être lus. Actuellement, j’ai une dizaine de livres qui sont là dans ma bibliothèques en attendant d’être lus (mais ça ne m’empêche pas d’en racheter et ainsi d’allonger ma liste de PAL, on ne se refait pas). Je trouve à la fois frustrant et fascinant l’idée qu’il y aura toujours plus de livres à découvrir. J’essaie donc de me fixer des petits objectifs : lire un nombre d’œuvres d’un même auteur, commencer une collection… mais je suis vite rattrapée par les étales de la Fnac quand mon geek de Mr. C me traîne pour y regarder des joujous électroniques.

J’ai, au fur et à mesure, affiné mes goûts : j’aime les polars, les thrillers, et un soupçon de fantastique. Il faut que ce soit sombres (alors que je suis quelqu’un de plutôt enjouée dans la vie !). J’ai donc un grand amour pour Stephen King et ses récits haletants, parfois angoissants, teintés d’une magie souvent noire. J’aime retrouver des schémas similaires au fils de ses livres.

Je m’essaie aussi en ce moment à tout ce qui est lecture de développement personnel. J’accroche moins mais pour dormir, c’est mieux 😉

Je reviendrais une prochaine fois pour te parler de quelques titres qui m’ont plus, ou même aussi ceux qui m’ont déplus, car je trouve intéressant de débattre sur ses lectures et un point de vue différent du mien peut me faire changer d’avis.

En attendant, si tu as des suggestions de lectures je les prend avec GRANDS plaisirs !

Publicité

4 réflexions sur “La lecture et moi, une histoire d’amour sur le tard

  1. Ping : Mes goûts incompris – Nanouss Life

  2. J’ai toujours aimé la lecture! Depuis toujours je lis je lis je lis, au point que certains personnes me l’ont même reproché quand j’étais plus jeune !
    Je suis bien d’accord que les lectures à l’école n’aide pas forcément les jeunes à apprécier, et que le coup du « l’auteur à écrit ici un allitération qui donne l’impression que blablabla »… j’y crois pas une seconde !
    Niveau gout je lis de tout, avec une préférence pour le fantasy/fantastique & le young adult (pour la facilité de lecture ahaha)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s